L’embolisation des artères prostatiques dans le cadre de l’HBP (ou adénome prostatique) est une alternative à la chirurgie proposée dans le cadre d’une contre-indication médicale (ou personnelle) à la chirurgie. Elle peut vous être proposée lors d’une consultation avec votre radiologue interventionnel si votre bilan médical le permet. L’indication est posée de façon multidisciplinaire en accord avec votre urologue et/ou notre urologue référent.

Nous sommes le centre pionner de l’embolisation des artères prostatiques en France avec plus de 400 patients traités depuis 2013.

Qu’est-ce que l’Hyperplasie Bénigne de la Prostate ?

En vieillissant, la prostate grossit de manière naturelle, non cancéreuse, c’est ce qu’on appelle l’Hyperplasie Bénigne de la Prostate ou HBP. Cette maladie est aussi appelée adénome de la prostate. Lorsqu’elle comprime le canal urinaire (urètre), l’HBP provoque des troubles plus ou moins invalidants de la fonction urinaire.

Quels sont les symptômes les plus fréquents ?

Les symptômes de l’HBP les plus fréquemment décrits sont :

  • des envies fréquentes d’uriner (de jour et/ou de nuit)
  • des envies impérieuses d’uriner
  • une difficulté à commencer et arrêter la miction
  • une diminution de la force du jet urinaire, voire une intermittence de ce dernier
  • une sensation de vessie incomplètement vidée

Dans les cas les plus graves, l’HBP peut mener à des rétentions aigües ou chroniques d’urine nécessitant la pause d’une sonde urinaire.

Qui est le plus susceptible de souffrir d’HBP ?

L’HBP est une maladie très fréquente qui touche 2 hommes sur 3 à partir de 50 ans et jusqu’à 90% des hommes de plus de 70 ans.

En quoi consiste l’embolisation des artères prostatiques ?

L’embolisation des artères prostatique consiste à utiliser la voie naturelle que représente les vaisseaux sanguins pour atteindre la prostate sans chirurgie. Après avoir repéré les artères prostatiques, le Radiologue Interventionnel y injecte des petites particules de la taille d’un grain de sable, bouchant ainsi les artères nourricières de la prostate. La glande prostatique va rétrécir progressivement par manque de sang ce qui a pour effet de réduire les symptômes urinaires associés.

Quels sont les résultats de l’embolisation de la prostate ?

Les données de la littérature et notre propre expérience (plus de 400 hommes traités depuis 2013) estiment le taux de succès à plus de 80%. Habituellement les symptômes s’améliorent progressivement dans les 3 mois suivant l’intervention, parfois plus vite.

Quels sont les avantages de l’embolisation de la prostate ?

Les avantages de la technique sont une amélioration de la vie urinaire sans dégradation de la vie sexuelle. En effet, la chirurgie de la prostate peut induire une éjaculation rétrograde qui n’a jamais été décrite après embolisation des artères prostatiques.

Par ailleurs, la durée d’hospitalisation et le temps de récupération après embolisation est beaucoup plus court qu’après chirurgie.

Quels sont les risques de de l’embolisation de la prostate ?

L’embolisation des artères prostatiques est considérée comme très sûre. Toutefois, comme toute intervention, il existe des risques liés à la procédure. Ceux-ci vous seront expliqués par votre radiologue interventionnel lors de votre consultation. Le pourcentage de complications est plus faible que celui de la chirurgie (RTUP, chirurgie ouverte).

Puis-je bénéficier d’une embolisation de la prostate ?

Dans un premier temps, vous devez prendre un rendez-vous de consultation avec votre radiologue interventionnel. Vous devrez venir à cette consultation avec le bilan médical réalisé par votre urologue (le cas échéant) et vos résultats d’IRM pelvienne (ou d’une échographie prostatique) et de débimétrie les plus récents. Votre radiologue interventionnel vous proposera alors une intervention si votre pathologie s’y prête et après concertation multidisciplinaire avec votre urologue et/ou notre urologue référent.

Quelle est la prise en charge pour une embolisation de la prostate ?

L’intervention peut se pratiquer en ambulatoire (hospitalisation de jour) ou en hospitalisation de courte durée (2 nuits) selon les patients.

L’intervention se fait sous anesthésie locale et dure environ deux heures. Dans un premier temps, le radiologue interventionnel pratique une petite incision au pli de l’aine et insère un cathéter (long tuyau très fin) dans l’artère. Sous contrôle d’imagerie par rayons X, le radiologue interventionnel guide le cathéter jusqu’à l’artère prostatique puis y injecte des microbilles calibrées (de la taille d’un grain de sable) bloquant ainsi le flux sanguin. Il pratique de même de l’autre côté car les deux côtés de la prostate sont chacun irrigués par une artère prostatique mais une seule incision au pli de l’aine est nécessaire.

Quelles sont les suites opératoires ?

Cette intervention n’interrompt le travail que le jour de l’examen. Il est toutefois préférable d’éviter les efforts physiques pendant les 24 à 48 heures qui suivent l’intervention. Une légère fièvre (<39°C), des douleurs pelviennes et une sensation de fatigue peuvent apparaître dans les quelques jours suivant l’intervention. Des traces de sang dans l’urine, les selles et/ou le sperme peuvent aussi survenir dans les jours et les semaines qui suivent l’embolisation.

Votre suivi médical et urologique sera effectué par votre urologue habituel. Votre radiologue interventionnel vous verra en consultation un mois après votre embolisation, à 6 mois avec les résultats d’une IRM pelvienne (ou d’une échographie) et d’une débimétrie puis tous les ans.

L’embolisation de la prostate en vidéo :

Le Pr Sapoval vous parle de l’embolisation de la prostate :

Le Pr Sapoval et le Pr. Thiounn (urologue) vous parle de l’embolisation de la prostate, un patient témoigne :